JOYEUX DE COCOTIER

BIOGRAPHIE

À l'âge de 15 ans, il quitte son île et sa famille pour rejoindre son oncle à Marseille. Il prend alors le bateau jusqu'à sa destination, après un long voyage passé dans les soutes. Il intègre la marine en tant que docker d'abord, puis mousse. Il découvre ainsi l'Afrique du Nord, l'Afrique noire, les îles Canaries, etc.

À 22 ans, il fait son service militaire à Toulon où il suit une formation de peintre-décorateur en bâtiment, et obtient le diplôme de B.E.P. Dès le mois de mai 1968, il exerce à terre le métier, d'abord chez des patrons, puis à son compte.

Il a 4 enfants nés de plusieurs femmes différentes: Eric, Karine, William et James.

Dans une boîte de nuit marseillaise il fait la rencontre d'Elisabeth Meissirel qui parle de son histoire avec Joyeux de Cocotier dans son roman autobiographique Mademoiselle Babette. Tous deux, accompagnés d'amis, vont se lancer dans le music-hall et interpréter des spectacles de danse à travers le monde.

Au bout d'une vingtaine d'années, il se lance dans la chanson en autodidacte et compose sa première mélodie en 1981 sous le pseudonyme de Joyeux, Mademoiselle Babette, en référence à celle qu'il considère aujourd'hui encore comme son Pygmalion, « sa femme, sa mère, sa famille, son "mentor", son soleil ! ».

En 1982, Elisabeth et Joyeux fondent un restaurant-cabaret au centre de Marseille appelé La Payotte au sein duquel ils exposent diverses œuvres d'Elisabeth Meissirel, de Joyeux, et d'autres artistes peintres, reçoivent des humoristes (Élie Kakou et Kamel y ont fait leurs premiers pas), des magiciens, et où "Vanille" danse et Joyeux chante.

Dans les années 1990, Joyeux de Cocotier intègre Debs Music et réalise une chanson de musique zouk : Ma cousine.

Il sort en 2008 un double album de blues intitulé Blues et paix.

Le 14 août 2010, il assure la première partie de Kassav' au Théâtre antique d'Orange devant plus de 5 000 personnes.

En 2012, Francky Vincent reprend son tube "Ma cousine" sur son album ''Mathis métis''.